A VUE D’OEIL …

L’African touch moderne est subtile. Votre African Touch n’a pas besoin d’être clinquant pour avoir de la valeur. Ce sont les petits détails qui font la différence. L’African touch ne tient qu’à un fil, elle tient à des éléments simples de notre quotidien. Nous la vivons, nous la ressentons. Elle a encore plus de valeur lorsqu’il y a une histoire derrière car la richesse de l’Afrique c’est avant tout et pour tout son histoire.

« Y KEÏTA », je résous l’énigme des salutations à la malienne.

« En Afrique traditionnelle, l’individu est inséparable de sa lignée, qui continue de vivre à travers lui et dont il n’est que le prolongement. C’est pourquoi, lorsqu’on veut honorer quelqu’un, on le salue en lançant plusieurs fois non pas son nom personnel (ce que l’on appellerait en Europe le prénom) mais le nom de son clan : « Bâ ! Bâ ! » ou « Diallo ! Diallo ! » ou « Cissé ! Cissé ! » car ce n’est pas un individu isolé que l’on salue, mais, à travers lui, toute une lignée de ses ancêtres. »

Amadou Hampâté Bâ

Dîner dans un restaurant africain … Une grande découverte !

Je me suis rendue au restaurant BMK Paris – Bamako avec quelques a priori.
En effet, quand tu baignes dans une culture tu la prends pour acquise et du coup (que l’on se le dise) t’es réticent à l’idée de payer pour manger la nourriture de chez toi !

Paris n’bi fe .

Après 23 ans en France, je me rends compte que je n’ai jamais réellement pris le temps de visiter Paris. Comme la plupart d’entre vous j’y passe pour me rendre en cours, au boulot, voir des amis, pour participer à des événements ou encore faire du shopping mais pas vraiment pour y séjourner. Finalement, à Paris je passe et je trépasse.

Home sweet home

La maison est ce lieu de refuge où lorsque rien ne va plus on a qu’une seule envie c’est d’y être. C’est pourquoi même si cet intérieur cosy contribue à mon bien être, celui-ci ne peut se résumer à de l’esthétisme. Il sera mien seulement lorsque des éléments essentiels seront présents.

Bamako, c’est nous !

« Mon destin, c’est ma patrie, je suis ici chez moi, et, c’est à moi, de faire la gloire de ce pays. Je le bâtirai à mon image, il sera le plus beau, le plus chaud, une terre d’accueil, d’hospitalité, d’humanité, une terre de reconciliation. Ma chère patrie, je ferai de toi la plu enviée du monde. » Mamadou SOGOBA

Ces morceaux de tissus qui font nos tenues !

Le bazin c’est le tissu noble que je porte pour les grandes occasions. Il a notamment agrémenté mes tenues pour mes dimanches de mariage à Bamako. Plus sérieusement, c’est le tissu dans lequel j’ai vu ma mère être le plus sublimée. Elle ressemble à une reine dans ses boubous lorsqu’ils sont accompagnés de parure couleur or.