« Y KEÏTA », je résous l’énigme des salutations à la malienne.

« En Afrique traditionnelle, l’individu est inséparable de sa lignée, qui continue de vivre à travers lui et dont il n’est que le prolongement. C’est pourquoi, lorsqu’on veut honorer quelqu’un, on le salue en lançant plusieurs fois non pas son nom personnel (ce que l’on appellerait en Europe le prénom) mais le nom de son clan : « Bâ ! Bâ ! » ou « Diallo ! Diallo ! » ou « Cissé ! Cissé ! » car ce n’est pas un individu isolé que l’on salue, mais, à travers lui, toute une lignée de ses ancêtres. »

Amadou Hampâté Bâ

Bamako, c’est nous !

« Mon destin, c’est ma patrie, je suis ici chez moi, et, c’est à moi, de faire la gloire de ce pays. Je le bâtirai à mon image, il sera le plus beau, le plus chaud, une terre d’accueil, d’hospitalité, d’humanité, une terre de reconciliation. Ma chère patrie, je ferai de toi la plu enviée du monde. » Mamadou SOGOBA